Num_riser0001

      Le livre dont il s’agit, il vous faudra faire un effort pour le trouver, fouiller les bouquinistes, les vrais et ceux de la toile. C’est un tout petit livre paru aux éditions Tables Rase au siècle dernier, dont l’auteur n’est autre que mon ami et complice : François Vignes. Comme il n’en parlerait jamais de lui-même - il est trop modeste pour ça - je vais en dire quelques mots.

    Ce livre à pour titre, La Jeune fille au cheveu blanc, c’est un conte pour enfants, un Pinocchio moderne, vous vous souvenez le livre de Collodi ou le film de Comencini quand Pinocchio part avec son ami Lumignon au pays des jouets, ici Floréal et Floréale qui sont frère et sœur, partent pour le pays de la consommation où l’on peut tout acheter grâce à sa carte de crédit, jusqu’au moment où l’on vous présente la facture, et l’on s’en doute, la facture est salée.

     Le livre n’a pas vieilli d’un iota, on le croirait écrit en 2011, c’est un bien triste constat. Fouillez, fouillez bien, vous ne le regretterez pas : la prochaine fois que votre joyeux bambin vous demandera d’acheter le premier joujou venu, vous pourrez lui rétorquer :

"Souviens-toi de la Jeune fille au cheveu blanc !" 

     Et comme les meilleurs contes pour enfants sont de grandes histoires pour les adultes, il se peut que mis au supplice devant le dernier écran plat 3 D et j’en passe que vous vous apprêtez à acheter avec votre carte de crédit, la petite musique de François Vignes vous revienne en mémoire.

     Ce livre nous rend moins stupide et ce n’est pas la moindre de ses qualités.

 

Thierry Guilabert